Deux moi pour un nous (Deux moi, Cédric Klapisch)

Pamolico, critiques romans et cinéma

Le postulat de départ est pour le moins original: s’intéresser
aux deux moitiés d’un «nous» alors qu’ils sont encore chacun un
«soi» et ne se connaissent pas encore
.

Rémy et Mélanie vivent à Paris – pas vraiment dans la
capitale poétique et bohème qui attire tant, non, plutôt dans les confins de la
métropole, face aux voies de chemin de fer, dans des immeubles un peu délabrés
et dans un quartier à la mixité culturelle intrigante, qui permet au
réalisateur de dire que «c’est un Paris positif, beaucoup plus
familial et pacifique que ce que les gens pensent.»
. On ressent
d’ailleurs cette convivialité, cet esprit de quartier, même si
l’environnement architectural ne donne pas vraiment envie.

Nos deux héros sont voisins, mais ne se connaissent pas, se suivent tous les matins dans le métro sans jamais se regarder, vont chez le même épicier sans se…

Voir l’article original 479 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s