L’homme, un animal civilisé (Les choses humaines, Karine Tuil)

Pamolico, critiques romans et cinéma

Karine Tuil aime décidément s’attaquer aux maux de notre
monde contemporain
. Après L’insouciance paru en 2016 qui évoquait le
racisme, et L’invention de nosvies dans lequel elle
s’intéressait à l’identité et à la judéité – comme ici – c’est cette fois au
tour du viol de passer entre les mains de l’auteure. À nouveau, il est
question des puissants, des riches, de ceux qui ont du pouvoir et
en jouissent, sans limite – ou presque.

Jean Farel est journaliste émérite, respecté et même craint,
sa femme, Claire, est une essayiste reconnue, ancienne stagiaire à la Maison
Blanche – ayant côtoyé Monica Levinski. Le ton est donc donné, le récit se
centrera sur les relations hommes-femmes, sur la domination, sur les
rapports de force, souvent en faveur des individus masculins. Tout réussit à
cette famille, ou presque, leur couple n’est fait que d’apparences mais
qui s’en…

Voir l’article original 524 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s