Aloysius Bertrand

À la française ...

Portrait gravé sur bois par Jacques Beltrand, d’après un dessin de David d’Angers.
LOUIS BERTRAND, dessiné à l’Hôpital Necker, la veille de sa mort, lorsqu’il me disait: « Je vous entends, mais je vous vois plus ».
David 1841.

Image | Texte

Aloysius Bertrand (1807-1841)

« C’était, dit Sainte-Beuve, en parlant d’Aloysius, ou plus exactement de Louis Bertrand, un grand et maigre jeune homme, au teint jaune et brun, aux petits yeux noirs très vifs, à la physionomie narquoise et fine, un peu chafouine peut-être, au long rire silencieux… »

Lié avec Victor Hugo et tous les artistes de l’École romantique, la misère le conduisit à l’hôpital, où il mourut de phtisie. Son livre Gaspard de la Nuit contient de courts poèmes en prose, d’une forme parfaite, d’une observation aiguë et pittoresque, qui font de ce volume curieux une façon de chef-d’œuvre.

Source

Image | Audio

Aloysius Bertrand

Voir l’article original

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s