Toni Morrison, au revoir …

Les gens !

L’Oeil le plus bleu » (1970) : une fillette afro-américaine qui rêve d’avoir les yeux de Shirley Temple

C’est à 39 ans que Toni Morrison écrit son premier roman, The Bluest Eye, « L’Oeil le plus bleu » : elle y raconte l’histoire de Pecola, petite fille afro-américaine des années 1930, rêvant d’avoir des yeux bleus. Car elle imagine que si elle était aussi jolie que son idole, l’actrice Shirley Temple, elle serait capable d’enrayer l’extrême violence de son environnement familial – en vain, puisqu’elle finira par porter un enfant de son propre père….

En parallèle se déroule l’histoire de deux autres fillettes noires : Claudia (la narratrice) et Frieda, deux sœurs nées dans une famille plus soudée, et qui méprisent la blondeur des poupées qu’on leur offre. 

« Elles étaient entrées dans la vie par la porte de service. Convenables. Tout le monde était en position de leur donner des ordres…

Voir l’article original 121 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s