By the rivers of Babylon Kei Miller

La viduité

LaSolutionEsquimauAW

L’Histoire de la Jamaïque en une après-midi. Un enfant se fait couper ses dreadlock et le souvenir d’un soulèvement mystique, celui du Prêcheur volant, annonce et sert de très joli contre-point narratif à l’autoclapse qui s’en suivra. Dans une langue magnifique, entre le réalisme-magique d’une prose dont la traduction parvient à faire entendre la créolisation et une langue limpide pour donner à voir nos aveuglements sociaux et politiques, Kei Miller enchante le lecteur par son sens de la narration. Un roman à découvrir.

Voir l’article original 565 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s