Les mains vides Valerio Varesi

La viduité

 1*og4T-kBRug-4m_xSakQ8OA.jpeg

Polar moral et mélancolique, Les mains vides, avec une nostalgie appuyée, décrit le basculement de la ville de Parme dans la touffeur immobile de l’été, dans la marchandisation pseudo-festive, dans la délinquance en col blanc. La sécheresse parfois poétique de l’écriture de Varesi laisse écouter ses accords entendus, les flottements de son blues.

Voir l’article original 507 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s