« Mon autopsie » de Jean-Louis Fournier (Stock, 2017)

Les miscellanées d'Usva

Je poursuis avec ce livre ma découverte de l’univers de Jean-Paul Fournier, que j’apprécie beaucoup mais dont le ton de cette autopsie change un peu. Si l’on arrive à rire de tout (ou presque) dans ses précédents livres, ici cela a été pour moi plus sérieux.


Quatrième de couverture : « Je suis mort. C’est pas le pire qui pouvait m’arriver.

Jean-Louis Fournier s’est fait autopsier par la charmante Egoïne pour qu’on sache ce qu’il avait dans la tête, dans le coeur et dans le ventre. »


Jean-Louis Fournier est mort et a souhaité donner son corps à la science. Chapitre après chapitre, une étudiante (aux pratiques qui ne semblent pas très conventionnelles) va procéder à son autopsie. Cette étudiante, il va l’appeler Egoïne.

Egoïne : petite scie à main, composée d’une lame terminée par une poignée.

Mais dans ce nom on trouve aussi le terme d’ego. Commence alors le…

Voir l’article original 275 mots de plus

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s