L’encre vive Fiona McGregor

La viduité

encrevive.jpeg

Les altérations du corps, les changements de l’âme. Les délitements familiaux, les souvenirs à la vente d’une maison, tatouage et maladie, apprêté de la pertinence d’une appréhension psychologique de la hargne rentrée, de l’affection mal placée ou dite aux centres de nos rapports. L’encre vive est un ample roman sociale, intime, sur l’Australie mais surtout sur nous-mêmes. Fiona McGregor nous y livre une jolie réflexion sur l’image, la nôtre comme les représentations du monde qu’elle sous-tend.

Voir l’article original 730 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s