La société des rêveurs involontaires José Eduardo Agualusa

La viduité

agualusa.jpeg

De quels rêve est issu la fiction, quel mensonge soulève l’interprétation onirique, de quelles vérités, plurielles comme l’espoir, est-il porteur ? Roman polyphonique sur l’oblitération de la mémoire, celle de nos rêves et de nos identités plus ou moins inventés, mais aussi roman politique sur le cauchemar angolais dont la dictature se trouve ainsi décrite sous la lumière d’un réalisme insoutenable, La société des rêveurs involontaires réussit le pari difficile d’une plongée dans le rêve.

Voir l’article original 792 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s