Une transformation

À la française ...

Une transformation.

Mon maître me conduisit dans une boutique sombre et enfumée, située prés des halles. Là, il m’acheta de gros souliers ferrés, une veste de velours bleu, un pantalon de laine et un chapeau de feutre. Le tout était bien un peu râpé, mais néanmoins j’étais ébloui par tant de splendeurs.

J’avais hâte de revêtir ces beaux habits, mais, avant de me les donner, Vitalis leur fit subir une transformation qui me jeta dans un étonnement douloureux. Il prit des ciseaux dans son sac et coupa les deux jambes de mon pantalon à la hauteur des genoux.

Comme je le regardais avec des yeux ébahis : « C’est, dit-il, pour que tu ne ressembles pas à tout le monde. Nous sommes en France, je t’habille en Italien; si nous allions en Italie, je t’habillerais en Français. Crois-tu que si nous allions sur la place publique habillés comme des bourgeois ou…

Voir l’article original 33 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s