Littérature : « Je suis Jeanne Hébuterne » d’Olivia Elkaïm – « Le Dimanche des mères » de Graham Swift

La culture dans tous ses états

71YTdOxMF+LL’Histoire :Jeanne Hébuterne est une jeune fille quand, en 1916, elle rencontre Amedeo Modigliani. De quinze ans son aîné, il est un artiste « maudit », vivant dans la misère, à Montparnasse. Elle veut s’émanciper de ses parents et de son frère, et devenir peintre elle aussi. Ils tombent fous amoureux. De Paris à Nice – où ils fuient les combats de la Première Guerre mondiale –, ils bravent les bonnes mœurs et les interdits familiaux. Mais leur amour incandescent les conduit aux confins de la folie.

Nous connaissons tous aujourd’hui l’œuvre et le talent immense d’Amedeo Modigliani (1884-1920). C’est à un autre pan de sa vie que c’est intéressé l’écrivaine Olivia Elkaïm : son histoire d’amour avec la jeune et belle Jeanne Hébuterne (1898-1920). L’originalité est ici d’épouser le point de vue de Jeanne. « Je suis Jeanne Hébuterne » dévoile une autre facette de l’artiste maudit qui…

Voir l’article original 858 mots de plus

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s