Diavolina Gyorgy Spiro

La viduité

CVT_Diavolina_9280.jpg

La vie de Maxime Gorki dans les interstices de ses dissimulations, face aux pièges et autres manipulations staliniennes. Dans une étourdissante cohortes de présences et de haines, sous le regard rieur et juste de celle qui fut sa domestique puis son infirmière, György Spiró fait défiler toute la première moitié du siècle soviétique. Entre exil doré, vanité des protestations et assentiments tacites contre les massacres et purges, Diavolina offre une image saisissante de cette vie intellectuelle.

Voir l’article original 692 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s