Roman national Laurent Margantin

La viduité

CVT_Roman-national_114.jpg

Confusion de la crapulerie, le crime d’État n’aurait qu’un visage, celui des différents ministres de l’Intérieur successifs. Dans un long monologue où les époques se mélangent et où l’obsession devient une réalité communicative, Laurent Margantin décrit l’héritage collaborationiste qui, depuis Mitterrand, serait une composante essentielle, nauséabonde, mais hélas non sans fascination, de son Roman national. Un récit délicieusement inconfortable, joyeusement polémique, réaliste sans doute dans ses outrances.

Voir l’article original 636 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s