What a wonderful life… ma soeur Anne !

News from Ibonoco

 

Depuis toutes ces annĂ©es tu cours, tu cours et tu cours aprĂšs toi-mĂȘme, aprĂšs le soleil, aprĂšs le destin, aprĂšs tes enfants, aprĂšs des sƓurs qui ne viennent plus Ă  la maison, aprĂšs
, aprĂšs
, aprĂšs... Le temps a passĂ© en balayant du revers de la main les souvenirs de ton enfance pour ne laisser Ă  la place qu’un vide abyssal. Un vide qui a laissĂ© entrer en toi le froid et en a chassĂ© la chaleur d’une fratrie qui t’enveloppait de son aile protectrice. Aujourd’hui, tu cours tellement vite que tu en deviens invisible aux yeux de tes proches, et tu t’essouffles de tristesse. Tu cours et tu ne le sais mĂȘme pas. Tu cours au milieu de tous
 et dans la plus grande indiffĂ©rence de tous.

Depuis toutes ces annĂ©es tu parles, tu parles et tu parles mais tu n’écoutes pas les autres. Tu n’écoutes pas, tu


Voir l’article original 509 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s