Une ville à soi Chi Li

La viduité

41qKNUL7wkL._SX195_

Roman du dépaysement, Une ville à soi immerge dans la vie quotidienne, prosaïque et mercantile, de deux femmes dans la ville chinoise de Wanchu. Immersion dans des mentalités d’un dureté belle et généreuse, regard entendu sur l’incompréhension de la modernité face à des traditions déjà effondrées.  Dans une prose discrète Chi Li se place à hauteur de ses personnages dans un « néo-réalisme » sans jugement mais plein d’empathie.

Voir l’article original 605 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s