[♄] 👁 « Les obus jouaient Ă  pigeon vole » de RaphaĂ«l Jerusalmy (Actes Sud, 2018)

Les miscellanées d'Usva

Voici encore un livre qui m’a tapĂ© dans l’Ɠil en dĂ©but d’annĂ©e par sa couverture magnifique, son titre Ă©tonnant et sa quatriĂšme de couverture intrigante. Ce fut une entrĂ©e en poĂ©sie qui m’a fortement marquĂ©e et que j’ai pris plaisir Ă  relire pour ce mois consacrĂ© Ă  la PremiĂšre Guerre mondiale.

9782330090654

« 1916 : tranchĂ©e de premiĂšre ligne, au lieu dit le Bois des Buttes. Le 17 mars, vers seize heures, le sous-lieutenant Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, engagĂ© volontaire surnommĂ© Cointreau-whisky, est atteint Ă  la tempe par un Ă©clat d’obus. Un cruel compte Ă  rebours retrace les vingt-quatre heures prĂ©cĂ©dant l’impact.

La camaraderie, la trouille, les infimes moments de calme, la musique des bombes, une odeur qui surgit dans le soir, la faim, la paix qu’on attend, la mort qui vague, le souvenir de l’amour
 – c’est cette curieuse alchimie que saisit le rĂ©cit de RaphaĂ«l Jerusalmy, montrant Apollinaire, l’artiste, le


Voir l’article original 296 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s