Augustin Thierry

À la française ...

Augustin Thierry (1795-1856)

Né à Blois en 1795, Augustin Thierry a rappelé lui-même comment, encore enfant, à la lecture des Martyrs de Chateaubriand, il avait pressenti et reconnu sa vocation historique. S’il mêla à ses premiers essais des préoccupations et même des passions politiques, il s’en affranchit bientôt, et deux grandes œuvres ont placé Augustin Thierry au premier rang des historiens français du XIXe siècle: l’Histoire de la Conquête d’Angleterre par les Normands et les Récits des Temps Mérovingiens. Son mérite est de réunir à la vérité du détail toujours pris à sa première source la sévère exactitude de la science.

Devenu aveugle, il continua ses travaux, «faisant amitié avec les ténèbres». Il acheva ainsi son Essai sur l’Histoire de la Formation et des Progrès du Tiers État. Augustin Thierry mourut en 1856. «Aveugle, a-t-il écrit, et souffrant sans espoir et presque sans relâche, je puis…

Voir l’article original 43 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s