Molière

À la française ...

Molière (1622-1673)

César appelait Térence, l’honneur des lettres latines, un demi-Ménandre. Plus heureux que les Romains, les Français ont eu tout à la fois dans Molière un Aristophane et un Ménandre; on peut dire encore un Plaute et un Térence: telle a été, dans cet auteur, la réunion des qualités diverses que l’on admirait le plus chez les anciens*.

Enfant de Paris, où il était né, en 1622, Molière avait reçu une excellente éducation; mais, au sortir du collège, entraîné par un goût impérieux dans la vie périlleuse du théâtre, il se fit acteur, et parcourut longtemps les provinces à la tête d’une troupe de comédiens, représentant avec eux les pièces qu’il composait; cependant la force de son génie résista à cette existence précaire et aventureuse.

Rendu, vers sa quarantième année, au séjour de la capitale, il y trouva, avec des spectateurs dignes de lui, de sages conseils, qui ne…

Voir l’article original 155 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s