Les derniers jours de Hugues Boulet

Parution : 25 juin 2018 – Éditeur : La P’tite Hélène – Prix papier : 18,00€ – Prix Numérique : 5,99€ – Pages : 174 – Genre : fable contemporaine

J’ai déjà eu le plaisir de découvrir la plume de Hugues Boulet, avec « les gens d’en haut » un roman de science-fiction, frôlant la dystopie.

L’auteur s’attaque ici à un genre quelque peu différent, puisque nous suivons une petite fille originale, un brin rêveuse, tourmentée par les changements qu’elle observe et surtout qu’elle perçoit. Une petite fille tout en finesse dont la vie douce et bien ordonnée, laisse la place aux rêveries les plus farfelues.

Avec une plume poétique tout en délicatesse, l’auteur nous embarque dans une lecture tendre sur le temps qui passe où les premières interrogations existentielles, les premiers élans amoureux, prennent tous leur sens. Mais c’est aussi la prise de conscience de l’état d’homme et…

Voir l’article original 335 mots de plus

L’Affaire Léon Sadorski – Romain Slocombe

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : L’Affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe. Paru le 25 Août 2016 aux Editions Robert Laffont, collection La bête Noire. 21.00 euros. 512 pages. 14,2 x 3,6 x 22,6 cm.

 Réédité en poche le 24 Août 2011 aux Editions Points, collection PST Policiers. 8€50 ; 480 pages ; 11×18 cm.

4ème de couverture :
Depuis que les nazis occupent Paris, l’inspecteur Léon Sadorski coffre les Juifs pour les expédier à Drancy tout en empochant des pots-de-vin. La Gestapo l’arrête et le transfert à Berlin pour une série d’interrogatoires dignes de Kafka. Le but des Allemands en le terrorisant : en faire leur agent et lui confier une mission  » spéciale « . Mais à son retour en France, quand une jeune femme est assassinée et que la police SS confisque l’enquête, Sadorski décide de faire justice lui-même, en dépit de tous les dangers…

L’auteur : Né en 1953 dans…

Voir l’article original 565 mots de plus

Le paradoxe d’Anderson – Pascal Manoukian

Twin Books

Bonjour à toutes et à tous ! On se retrouve aujourd’hui autour d’un roman de la rentrée littéraire dans un format de chronique un peu spécial. En effet, j’ai répondu à l’appel d’Aurélie du blog deslivresetmoi7 qui a décidé de lancer un petit club de lecture virtuel. Le principe est simple : chaque premier lundi du mois, elle propose un thème et chaque membre du Club choisit et lit un roman correspondant à ce thème puis répond à deux questions :

  • Pourquoi avoir choisi ce titre ?
  • Qu’avez-vous pensé de votre lecture ?

Rendez-vous le 1er octobre pour le bilan de septembre sur son blog !

quatrieme_couverture

Plus rien n’est acquis. Plus rien ne protège. Pas même les diplômes.

À 17 ans, Léa ne s’en doute pas encore. À 42 ans, ses parents vont le découvrir. La famille habite dans le nord de l’Oise, où la crise malmène le…

Voir l’article original 759 mots de plus

Alfred de Vigny

À la française ...

Image

Alfred de Vigny (1797-1863)

Né en 1797 à Loches, en Touraine, Alfred de Vigny suivit d’abord la carrière des armes. En 1827 il donna sa démission. L’année précédente, il avait publié les Poèmes antiques et modernes. Ce fut après sa mort seulement (1864) que parut, sous le titre de Destinées, le recueil qui complète l’œuvre poétique d’Alfred de Vigny. D’une inspiration lente, talent réfléchi, auquel manque l’expansion, Alfred de Vigny, comme poète, est demeuré peu accessible à la foule; mais, par la profondeur, souvent un peu triste, du sentiment, par la sévérité précise de l’expression, il ne laisse pas d’avoir une des premières places dans l’histoire de la poésie du XIXe siècle. La prose d’Alfred de Vigny a plus de souplesse que ses vers. Un récit rapide, des couleurs brillantes sans surcharge, des caractères vivants, mais non toujours conformes à la vérité historique, la recherche souvent…

Voir l’article original 37 mots de plus

« Nous étions seulement des enfants » de Rachel Jedinak (Fayard, 2018)

Les miscellanées d'Usva

Par ce livre, Rachel Jedinak nous livre un témoignage extrêmement touchant. Il est également intéressant car il aborde beaucoup d’aspects de la Seconde Guerre mondiale avec les yeux d’une enfant : le rationnement, les lois antisémites de Vichy, le culte de la personnalité de Pétain (notamment dans les écoles), les rafles et les camps français, la déportation et l’espoir de voir revenir les absents.

9782213710006-001-T« Pendant longtemps, pour se souvenir des nombreux enfants qui n’ont pas pu grandir, il n’y avait rien. Rien pour dire qu’ils avaient été tués parce que nés juifs, ni même pour dire qu’ils avaient vécu, qu’ils avaient ri, joué et pleuré… Comme s’ils n’avaient jamais été là.

Rachel Jedinak a survécu à la première rafle du Vél’d’Hiv, en juillet 1942. Ses voisins, ses cousines ou ses camarades de classes, eux, n’ont pas eu sa chance. Après s’être battue pendant des années pour faire apposer…

Voir l’article original 429 mots de plus

Octobre rouge

La viduité

IMG_20180928_073547.jpg

Quelques-unes des premières phrases des livres à venir en octobre sur La viduité :

Voir l’article original 491 mots de plus

L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski de Romain Slocombe

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski  de Romain Slocombe. Paru le 24 août 2017 chez Robert Laffont dans la collection La bête noire.  21€50 ; (583 p.) ; 23 x 14 cm.

Réédité en poche le 23 août 2018 aux Points dans la collection Point Policier.  8€70 ; (587 p.) ; 18 x 11 cm

4e de couv :

Après le succès de l’affaire Léon Sadorski, une nouvelle enquête du sinistre et fascinant inspecteur des renseignements généraux.

Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ?

Chargé d’enquêter sur ces deux affaires, l’inspecteur Léon Sadorski voit ses projets de vacances contrariés – d’autant plus qu’il doit bientôt participer à la grande rafle du…

Voir l’article original 892 mots de plus