Le courtier en tabac John Barth

La viduité

barth.com

Ample roman de la représentation, la feintise, le complot et l’emprunt d’identité, Le courtier en tabac se révèle plein de fantaisies, de truculences, d’inventions et de complots. Pour donner un représentation du marigot du Maryland un peu avant 1700, John Barth invente une langue et donc un univers singulier et fascinant.

View original post 1 075 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s