Chateaubriand

À la française ...

François-René de Chateaubriand (1768-1848)

Le vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo, fit au commencement de la Révolution un voyage dans l’Amérique centrale, qu’il raconta plus tard. Revenu en France, il émigra bientôt à Londres, et dut lutter pendant sept années contre la misère, donnant des leçons pour vivre. Ses premiers ouvrages, Atala (1801), René (1802), le Génie du christianisme (1802), les Martyrs (1809), l’Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811) ont eu une influence capitale et indiscutable sur toute la littérature de la première moitié du XIXe siècle. Chateaubriand fit revivre dans les lettres le respect de la religion et du passé, que le XVIIIe siècle avait méconnus. Son style brillant, ses images neuves et hardies, ses descriptions colorées et étincelantes ont fait naître le romantisme. Chateaubriand, dont l’indépendance portait ombrage au pouvoir soupçonneux de Napoléon, se consacra à la politique sous la Restauration, puis revint à la…

Voir l’article original 116 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s