Florian

À la française ...

Florian (1755-1794)

Florian, né au château de Florian (Gard), reçut de sa mère, qui était castillane, le goût de la littérature espagnole et des instincts chevaleresques; de Voltaire, allié à sa famille, le don de bien raconter. D’abord page, puis officier de dragons, il se mit ensuite à écrire de petites comédies; des pastorales, Estelle et Galatée, des romans poétiques, Numa Pompilius et Gonzalve de Cordoue; des églogues bibliques, Ruth, Tobie; enfin un petit recueil de Fables, dont le naturel, la grâce, la douceur de style lui assurent la seconde place parmi nos fabulistes, mais assez loin de La Fontaine. Florian, emprisonné pendant la Révolution, fut sauvé par la mort de Robespierre, mais succomba peu après aux émotions qui l’avaient ébranlé.

Image

Florian

Voir l’article original

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s