André Chénier

À la française ...

André-Marie de Chénier (1762-1794)

André Chénier, né à Constantinople d’une mère grecque et d’un père français, fit ses études à Paris, au collège de Navarre. Il composa des vers tout jeune encore et jusqu’à sa mort, sans rien publier. Il défendit les idées de la Révolution, mais avec modération et justice, et s’attira ainsi la haine des Jacobins, contre lesquels il écrivit un grand nombre d’articles véhéments pendant l’année 1792. Arrêté en 1794, il monta sur l’échafaud le 7 thermidor, deux jours avant la mort de Robespierre, mort qui l’aurait sauvé. Ses œuvres poétiques publiées partiellement en 1819, avant de l’être complètement en 1874, ont révélé en lui le plus grand poète de son époque. Elles se composent d’églogues, d’élégies, d’épîtres, d’odes, d’iambes, où il flétrit ceux qui le firent périr, enfin de fragments divers, tous précieux.

Image

André Chénier

Voir l’article original

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s