La flûte enchantée – 4

À la française ...

Au milieu d’une troupe de prêtres vêtus de blanc s’avançait, monté sur un éléphant couvert de harnais de pourpre, un homme magnifique, fier et grave, dans des vêtements de prince.

« Sarastro ! » s’écria Pamina dès qu’elle l’eut aperçu. Celui-ci demanda d’une voix douce, mais sévère : « Tu t’enfuis, Pamina ? »

Pamina se mit à genoux et pria Sarastro à mains jointes de ne pas être fâché contre elle. Elle désirait ardemment revoir sa mère, et ce prince était envoyé par la Reine de la Nuit pour la conduire auprès d’elle. Sarastro d’un signe de tête ordonna aux trois fugitifs de se tenir à ses côtés.

Arrivés devant le temple, Sarastro mit pied à terre et fit avec toute sa suite une entrée solennelle par les portes d’or. Tamino s’arrêta devant ces merveilles, et contempla l’intérieur du temple. Sur des socles de marbre rouge se tenaient debout…

Voir l’article original 1 132 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s