La vengeance de Gaïa de Jean-Luc Aubarbier 

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre :  La vengeance de Gaïa de Jean-Luc Aubardier –  Paru le 04/01/2017 aux éditions City dans la collection Thriller. 17.90 € ; (288 p.) ; 24 x 16 cm

Réédité en poche le 20/06/2018 dans la collection City Poche. 7.60 €  ; 308 pages ; 18 x 11 cm

4ème de couverture :

«Un archéologue est retrouvé assassiné, une lance plantée en plein cœur. Quelques semaines plus tôt, il avait mis au jour une incroyable grotte préhistorique près de Lascaux, en Périgord. Cette découverte pourrait bien révolutionner toutes les connaissances sur l’histoire de l’humanité. Les peintures rupestres racontent en effet la destruction, il y a 11 000 ans, de la civilisation des Cro-Magnon par un gigantesque réchauffement climatique, Un cataclysme qui aurait donné naissance aux légendes du Déluge et de l’Atlantide. Pierre Cavaignac et Marjolaine Karadec, qui participaient à l’expédition archéologique, se lancent sur la piste du tueur. Alors que les…

Voir l’article original 678 mots de plus

Publicités

Trois fois la fin du monde – Sophie Divry

Twin books

Ce roman fait partie de la rentrée aux éditions Noir sur blanc dans la collection Notablia. Je l’ai repéré grâce à Net Galley qui le proposait en lecture et vu que j’apprécie cette maison d’édition, j’ai sollicité ce titre et je ne le regrette pas. Une bonne pioche pour cette rentrée !

La quatrième de couverture

Après un braquage avec son frère qui se termine mal, Joseph Kamal est jeté en prison. Gardes et détenus rivalisent de brutalité, le jeune homme doit courber la tête et s’adapter. Il voudrait que ce cauchemar s’arrête. Une explosion nucléaire lui permet d’échapper à cet enfer. Joseph se cache dans la zone interdite. Poussé par un désir de solitude absolue, il s’installe dans une ferme désertée. Là, le temps s’arrête, il se construit une nouvelle vie avec un mouton et un chat, au cœur d’une nature qui le fascine.

L'avis

Dès le début, on est tout…

Voir l’article original 392 mots de plus

Manuel de survie à l’usage des jeunes filles

Girl kissed by fire

Mick Kitson

Sortie le 30 août 2018

Sal a treize ans, sa petite sœur, Peppa, dix. Pourtant, ces deux gamines sont complètement livrées à elles-mêmes dans une forêt des Highlands alors que l’hiver approche à grands pas. Mais cette fuite est délibérée, durement préparée. Depuis un an, Sal regarde des vidéos sur Youtube, lit des manuels de survie por pouvoir s’enfuir loin de son beau-père abusif et surtout soustraire sa petite sœur à la menace. Et déjà le camp, la chasse, la survie s’organise.

Avant même de le lire, ce roman me faisait à la fois penser à Dans la forêt, de Jean Hegland et à My Absolute darling de Tallent qui a également bien fait parler de lui ces derniers mois. En effet, dans les trois romans on retrouve de jeunes personnages féminins qui se trouvent face à la nature, à devoir survivre, pour fuir la violence des hommes…

Voir l’article original 238 mots de plus

Jean Richepin

À la française ...

Jean Richepin (1849-1926)

Jean Richepin naquit en Algérie en 1849. Après de solides études classiques il entra à l’Ecole Normale Supérieure qu’il abandonna bientôt. En 1870, il servit dans un corps de francs-tireurs. Après la guerre il se consacra tout entier à la littérature : son riche tempérament et sa fougueuse activité se déploient dans tous les domaines, poésie, roman, théâtre, essais critiques et historiques, journalisme. La vivacité de certaines poésies, jugées offensantes pour la morale publique, valurent des poursuites judiciaires à son premier recueil poétique : La chanson des gueux.

Principaux ouvrages : La chanson des gueux, La mer, Mes paradis, Les glas, Interludes.

Jean Richepin mourut en 1926.
Source
Image

Jean Richepin

Voir l’article original

Apologie de la nature et de l’anticonformisme : Walden ou la vie dans les bois

via Apologie de la nature et de l'anticonformisme : Walden ou la vie dans les bois

Hotel Waldheim François Vallejo

La viduité

005504629

Et si notre mémoire ne survenait que quand « queqchose » nous expulse de son confort fugitif ? Avec une intrigue délicieusement piégeuse, Hôtel Waldheim pose cette hypothèse dans une reconstruction sensible, incarnée et inquiète. François Vallejo dans une prose limpide interroge les différentes traductions de nos souvenirs et surtout leurs indomptables instrumentalisations.

Voir l’article original 686 mots de plus

Le Paon

À la française ...

Le Paon
Jules Renard (1864-1910)

Il va sûrement se marier aujourd’hui.

Ce devait être pour hier. En habit de gala, il était prêt. Il n’attendait que sa fiancée. Elle n’est pas venue. Elle ne peut tarder.

Glorieux, il se promène avec une allure de prince indien et porte sur lui les riches présents d’usage. L’amour avive l’éclat de ses couleurs et son aigrette tremble comme une lyre.

La fiancée n’arrive pas.

Il monte en haut du toit et regarde du côté du soleil.

Il jette son cri diabolique : Léon, Léon.

C’est ainsi qu’il appelle sa fiancée. Il ne voit rien venir et personne ne répond. Les volailles habituées ne lèvent même pas la tête. Elles sont lasses de l’admirer. Il redescend dans la cour, si sûr d’être beau qu’il est incapable de rancune.

Son mariage sera pour demain. Et, ne sachant que faire du reste de la journée, il…

Voir l’article original 405 mots de plus