Laisser courir Philip Roth

La viduité

Premier roman de Philip Roth, dans son ampleur et ses variations de points de vue, Laisser courir se révèle d’une imparable finesse dans sa description d’états d’âme complexes et surtout  des complications de la vie de couple. Par les péripéties banales et tragiques de Gabe Wallach, Roth nous livre un portrait moral, très littéraires dans son  aptitude à se refléter dans une multitude de personnages dont, déjà grand romancier, Roth parvient à faire vivre l’attachante, l’agaçante, singularité.

View original post 842 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s