C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches, Victor Hugo

Les gens !

« C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches » disait Victor Hugo dans « l’Homme qui rit ». Pour en faire une belle illustration Danielle Simonnet, Haydée et quelques insoumis·es nous font partager leur ballade dans le 16e arrondissement de la capitale. Inspirée des voyages ethnologiques de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon dans les beaux quartiers parisiens, cette promenade souhaitait montrer comment une ville comme Paris peut privilégier et choyer les plus riches. Comment des quartiers entiers ont été privatisés et adaptés aux grandes fortunes, excluant par la même occasion les citoyen·ne·s de tous les jours, hors de ce cercle restreint et privilégié. Une initiative originale, engagée au sein de la campagne de lutte contre la pauvreté du mouvement.

Bravo pour ce reportage !

Sur ce thème le livre « voyages de classes » de Nicolas Jounin et des étudiants de Paris VIII. Complète et actualisé « 

View original post 8 mots de plus

2 réflexions sur “C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches, Victor Hugo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s