Zurich fête les 100 ans du mouvement dada.

Lire dit-elle

Elle fut une des rares artistes suisses du mouvement dada, et par ailleurs épouse de l'Alsacien Hans Arp.

En 1916, en pleine guerre, des artistes réfugiés en Suisse s’insurgent et proclament la victoire de l’absurde. Cent ans après, Zurich, qui a vu naître le mouvement, n’en finit pas d’honorer l’esprit dada.

  À Zurich, cette année, « dada est tatou, tout est dada »*. A peine sorti de la gare centrale, « Dada Universal », nous promet l’affiche recouvrant le beffroi du Musée national. Ce à quoi le Kunsthaus, sur les hauteurs de la ville, répond par « Dadaglobe Reconstructed » : deux belles expositions, parmi la constellation d’événements célébrant les 100 ans du mouvement dada, né ici le 5 février 1916 avec la création du Cabaret Voltaire par une joyeuse bande d’artistes étrangers fuyant la Première Guerre mondiale (les Allemands Hugo Ball et Emmy Hennings, les Roumains Tristan Tzara et Marcel Janco, l’Alsacien Hans Arp…).

Autant la première veut offrir, par un principe d’association d’objets…

Voir l’article original 304 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s