La Classe Verte de Benjamin Pitchal.

Lire dit-elle

76835468_14933294

Le pre­mier livre de Ben­ja­min Pit­chal est bien plus qu’une bonne sur­prise. Son auteur — jeune homme des beaux quar­tiers mais un peu perdu — s’y raconte en évi­tant les poses de la clas­sique auto­fic­tion.  La classe verte  se lit comme un roman d’un ado­les­cent du nou­veau siècle dont le grand-père non seule­ment fut le der­nier explo­ra­teur de l’Amazonie mais l’éditeur de Georges Bataille, d’Antonin Artaud et ami des sur­réa­listes. Son petit-fils veut le prendre en modèle.  

View original post 244 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s