Si par une nuit d’hiver un voyageur Italo Calvino

La viduité

CVT_Si-par-une-nuit-dhiver-un-voyageur_8847.jpeg

Roman des commencements, méditation sur la pluralité des lectures, réflexion sur les potentialités que nous y poursuivons et sur la falsification de la réalité à laquelle nous consentons, Si par une nuit d’hiver un voyageur offre tout ceci. Avec un redoutable talent pour construire ses variations dans l’intrigue, Italo Calvino enchâsse ses histoires pour mieux captiver le lecteur devenu personnage de ses trompeuses mise en abyme.


Une des façons de faussement résumer ce roman d’une telle intelligence qu’il déconcerte souvent – sans jamais le lasser cependant –  le lecteur serait la suivante : un auteur à succès, tant qu’il est plagié et falsifié, se rend compte qu’il ne sait plus écrire que des incipits. Si par une nuit d’hiver offre en apparence seulement des situations initiales toujours interrompues par d’improbables éléments perturbateurs, souvent une très drôle plongée (pour être moins scolaire) dans l’enfer éditoriale. Une partie de l’insaisissable talent…

View original post 377 mots de plus

2 réflexions sur “Si par une nuit d’hiver un voyageur Italo Calvino

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s