Le Poids des secrets, Tome 5 : Hotaru

Girl kissed by fire

Aki Shimazaki

Ce dernier tome nous propose la dernière partie de l’histoire, celle qui finira de lier toutes les pièces du puzzle. On retrouve Mariko, devenue toute jeune adulte. La rencontre avec l’homme qui deviendra le père de son enfant, puis avec celui qui deviendra son mari.

J’ai été ravie de terminer avec Mariko qui est la pièce maîtresse de ce roman. On entre vraiment dans sa vie de femme, jeune tout d’abord, bercée d’illusion, puis plus mûre, mais qui porte le poids du passé.

Lorsque j’avais lu le deuxième tome sans avoir lu les autres, je n’avais pas pu me faire de véritable avis. Maintenant, c’est fait, j’ai adoré, l’écriture, l’intrigue, la manière dont les tomes se mêlent les uns aux autres, comment on suite des gens simples dans une époque trouble.

Seulement deux conseils à vous donner : Lisez ! Et de préférence, dans l’ordre et tout à la suite…

View original post 17 mots de plus

Land Art Travelling par Gilles Tiberghien.

Lire dit-elle

« La plus élémentaire prudence semble déconseiller d’écrire un livre sur le Land Art. » C’est la toute première phrase du livre magistral de Gilles Tiberghien, intitulé précisément « Land Art », qu’il a publié en 1993 aux éditions Carré et qu’il a réédité en 2012, tout comme il réédite aujourd’hui, dans une version revue et augmentée, son essai Land Art Travelling aux éditions Fage. Gilles Tiberghien est Monsieur Land Art ; même quand il n’en parle pas directement, il en parle encore (comme par exemple dans Nature, Art, Paysage, mais en précisant que c’est peut-être aussi l’inverse qu’il a essayé de faire dans ce livre  publié chez Actes Sud en 2001). De la même façon qu’il est difficile de définir précisément le terme de « land art », au point d’avoir souvent préféré employer des dénominations comme « art processuel », « art environnemental », « art écologique », voire « art total », et à tel point aussi…

View original post 762 mots de plus

Sylvia Baron-Supervielle: Traduire est un mystère.

Lire dit-elle

Capture-d_écran-2018-06-24-à-23.04.38-215x300

Traduire est un mystère. C’est une activité comparable à celle du miroir, de la fenêtre, du fleuve, des livres. Excepté que, au lieu de chercher à y voir notre visage, nous y découvrons le surprenant visage d’un étranger. Et, en même temps, nous découvrons que nous sommes étrangers comme lui. De sorte que pour entreprendre ce travail, il est nécessaire, secrètement, de se ressembler dans un espèce d’ailleurs.

Cette ressemblance n’est pas comme celle des jumeaux, au contraire ; elle retentit dans la poitrine comme un écho particulier, inconnu, à mesure que l’on tourne les pages d’un livre. La forme, la façon choisies par l’auteur sont essentielles dans la mesure où elles mettent en évidence son âme. Je traduis un auteur lorsque je tombe amoureuse de son âme. Le choix des œuvres à traduire est une histoire d’amour; le mystère étant toujours pareil et différent. Je suis deux et absolument…

View original post 1 038 mots de plus

Duplicata – Franco Mannara

Twin books

Bonjour à tous ! Pour ma première expérience de partenariat avec NetGalley, j’ai eu la chance de découvrir un titre paru aux éditions Calmann-Lévy que je ne connaissais pas : Duplicata de Franco Mannara. J’ai tout de suite été attirée par le résumé original, que je vous mets ci-dessous. Merci à NetGalley et Calmann-Lévy pour cette lecture !

pro_reader

La quatrième de couverture

À la suite d’une vague d’attentats, le gouvernement français a rétabli la peine de mort et s’apprête à autoriser un nouveau système d’exécution moderne, propre et sans douleur, grâce à une machine révolutionnaire qui désintègre les condamnés.
Yésus Rose, un lanceur d’alerte, est en train d’assister à un meeting de Maximilien Brach, un fervent opposant à ce projet, lorsque ce dernier se fait assassiner devant les caméras. Problème : le meurtrier est le sosie parfait de Yésus. Quelqu’un cherche à lui faire porter le chapeau. Mais pourquoi…

View original post 429 mots de plus

Du dimanche 1er juillet au dimanche 08 juillet 2018

Spotjardin.com

Que faire au jardin cette semaine ?

Dimanche 1er juillet  Jour racines  Semez des betteraves, des carottes, des navets, des radis, des radis d’hiver et des scorsonères.

radish-1537141__340Lundi 02 juillet  Jour racines/ fleurs  Pareil que le dimanche. Et après 14 h00 semez des choux fleurs, des brocolis et des engrais verts (phacélie, moutarde).

View original post 176 mots de plus

L’image du jour :Terre depuis l’espace, le cratère australien Gosses Bluff (vidéo)

Etrange et Insolite

Pour le jour de l’astéroïde, le satellite Copernicus Sentinel-2A nous emmène au-dessus du cratère Gosses Bluff dans le Territoire du Nord de l’Australie.

Le cratère est visible dans le centre gauche de l’image et il a environ 22 km de diamètre. Il a probablement été formé il y a 140 millions d’années par l’impact d’une grande comète ou météorite claquant à la surface de la Terre.

Cette image en fausse couleur montre une zone extrêmement sèche avec de la végétation visible dans les couleurs rougeâtres le long des rivières et des lacs. Les couleurs intenses de l’image représentent la composition minérale de la surface du sol, qui est clairement visible en raison du manque de végétation. L’azurite est l’un des minéraux extraits ici.

Une série de basses collines et de structures de drainage peuvent être vues dans la partie inférieure de l’image, résultat de l’érosion au cours des années. Les chaînes West MacDonell peuvent…

View original post 179 mots de plus

Les prières de sang, Jean-Marc Dhainaut

Des plumes et des livres

Les prières de sangTitre original : Les prières de sang

Auteur : Jean-Marc Dhainaut

Editions : Taurnada

A paraître le : 5 juillet 2018

Format lu : Numérique (169 pages)

4e de couverture :

Alan Lambin, spécialiste en paranormal, est appelé à enquêter dans un vieux monastère ayant accueilli autrefois quatre templiers en fuite. Depuis, ses murs semblent dissimuler un lourd secret solidement gardé par des âmes hostiles. Les parchemins ne mentent pas, ni ces cris que chacun peut entendre la nuit dans les sombres couloirs du monastère.
Et dire que tout a commencé parce qu’une étudiante a acheté un jour une armoire ayant appartenu aux moines. Une armoire qui n’avait pas perdu la mémoire…

Mon avis : 5 / 5

View original post 416 mots de plus