Les Lumières

À la française ...

Au dix-huitième siècle, les gens de lettres n’ont plus besoin de protecteur couronné ; ils ne dépendent plus que du public.

Le premier des écrivains du dix-huitième siècle, c’est Voltaire (1694-1778). Il a donné un poème épique en l’honneur de Henri IV, la Henriade (1728), des lettres, des contes.
Florian écrit des Fables ingénieuses.
André Chénier, qui devait périr sur l’échafaud (1794), nous a donné des Élégies et des Idylles.
Le théâtre
Parmi les nombreux auteurs tragiques du siècle, Voltaire seul mérite d’être signalé. Il traita surtout les sujets classiques et donna une Mérope. Mais son Brutus (1730), sa Mort de César (1735), sa Zaïre (1732), sont des imitations de Shakespeare. Avec Adélaïde Duguesclin (1734), nous le voyons emprunter des sujets à l’histoire de France ; avec l’Orphelin de la Chine et Alzire, à l’Extrême-Orient, à l’Amérique.
Regnard fit de la comédie de caractère avec…

View original post 697 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s