« Le Miel du Lion » de Matthew Neill Null.

Lire dit-elle

Le-Miel-du-lionIls sont des damnés de la terre, plusieurs milliers de bûcherons mal payés, maltraités, qu’on surnomme « les loups de la forêt », abattant à l’infini des arbres ancestraux pour quelques patrons sans morale. Nous sommes en 1904, au cœur de la Virginie-Occidentale, tandis qu’un train bringuebalant convoie ces hommes vers la ville de Helena pour dépenser leur pécule, oublier l’enfer des montagnes et le massacre quotidien de la nature. Là-bas, ils trouveront des bars pour la soif, des femmes pour la nuit et oublieront un peu de leur fatigue et leur solitude. Rapidement, Cur Greathouse se détache du lot. Le garçon a quitté sa ferme pour se retrouver par hasard au milieu de ces hordes. C’est avec lui que se développera une autre histoire, celle de la lutte ouvrière contre un capitalisme sans pitié ni conscience. Dans ce premier roman ambitieux, l’Américain Matthew Neill Null croise l’histoire sociale, celle…

View original post 120 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s