Élégie pour un Américain Siri Husvedt

La viduité

410WzFg9EdL._SX210_

Fantômes et autres doublures fictionnelles, dans une mécanique romanesque presque trop redoutable Siri Husvedt donne à nouveau, obstinément, un visage à la perte. Celle, après le 11 septembre d’une certaine Amérique mais aussi celle d’un père, d’un romancier. Élégie pour un Américain, à travers de très belles incursions dans la psychanalyse, offre alors une méditation hantée sur la mémoire.

Voir l’article original 1 005 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s