Charles Juliet:  » Lambeaux. »

Lire dit-elle

Charles Juliet est un enfant abandonné.

 A l’âge de trois mois, il a été enlevé à sa mère, internée dans un asile psychiatrique après une tentative de suicide, et placé par son père chez des paysans de l’Ain qui furent pour lui une deuxième famille. Cette séparation a été à l’origine d’un traumatisme profond qu’il décrit ainsi à Francesca Piolot dans Mes Chemins, une série d’entretiens sur France Culture: «Je crois que tout enfant, tout bébé, en raison même du fait que j’ai dû être séparé de ma mère, j’ai connu ce qu’un spécialiste de ces problèmes appelle la détresse impensable. Après avoir été transplanté, je n’ai cessé de pleurer. Pendant des jours et des jours. Il paraît que j’étais littéralement inconsolable.»

Charles Juliet ajoute que la très grande affection de sa mère adoptive l’a empêché de sombrer dans «la délinquance grave, la folie ou le suicide», et que l’écriture…

View original post 445 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s