Brûlées Ariadna Castellarnau

La viduité

1erequema.jpg

Roman d’une étrangeté persistante, déroutant les interprétations et autres morales faciles, dans une prose acérée, Brûlées interroge ce qui reste. Fable davantage que récit apocalyptique, ce premier roman, d’une absolue maîtrise, d’Ariadna Castellarnau offre un rapport primitif à la langue. Après la catastrophe, par notre faute, comment continuera-t-on à dire le monde ?

View original post 572 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s