Le Chenil Laurent Margantin

La viduité

CVT_Le-chenil_4244.jpg

Le cauchemar du chenil ou la confusion du discours. Entre appréhension, prémonition et réalisation de la crainte atavique du débordement d’une sauvagerie domestiquée, Laurent Margantin livre un récit étouffant, onirique mais dont la portée symbolique, heureusement, toujours s’esquive. Le chenil par sa prose cumulative, son monologue halluciné, contamine et transmet cette sourde inquiétude au centre de la parole littéraire.

View original post 1 177 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s