« Non! De l’esprit de révolte » de Vincent Delecroix.

Lire dit-elle

274674662xPréférer ne pas/ Entre les dangers du nihilisme et les mensonges de la pensée positive, Vincent Delecroix réhabilite la force vitale du refus. Un essai rageur et ironique.

C’est une petite personne de 3 ans, et elle dit « Non ! », et encore « Non ! ». Impertinente et joyeuse, elle se fait « des colliers et des serpentins » de « Non ! ». Son philosophe de père, lui, en fait un livre, en s’appuyant sur la force vitale de ce petit mot dont la fillette semble détenir le secret. Il faut dire que l’enfant a de qui tenir : Vincent Delecroix prévient qu’il est lui-même pathologiquement attaché au négatif, « enragé, irréconciliable, inconsolable », préférant toujours dire « non » que « oui » – « je veux rester intranquille sinon, j’ai l’impression d’être mort. »

Pour ce grand lecteur de Kierkegaard, la philosophie ne commence pas avec l’étonnement mais avec la capacité « de se scandaliser ou de s’exaspérer ». Les volontarismes de la pensée positive à la…

Voir l’article original 506 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s