« Fantasmagories » de Clément Rosset.

Lire dit-elle


« Enchanteur ». Voilà une qualification qui peut sembler paradoxale, appliquée à un philosophe s’attachant à la question du réel et de ses doubles, grand « désaffubleur » et pourfendeur d’illusions… Mais non, le charme s’applique bien, en ce que la pensée de Clément Rosset, aussi exigeante soit-elle, se déroule, limpide, éclairée, éclairante,ouverte au plus grand nombre. Ou plutôt : sa pensée, parce qu’elle est exigeante, est claire et généreuse – ça nous change des pseudos penseurs dont l’amphigourie masque les raisonnements captieux !

Clément Rosset mobilise aussi bien des références littéraires, cinématographiques, tintinophiles, musicales, (d’autres que j’oublie) et bien sûr philosophiques, pour mettre en place, petit opuscule après petit opuscule (douze en vingt-huit ans aux Éditions de Minuit, pour ne citer que cet aspect de son oeuvre) un système nous permettant de traverser la rivière du réel à sec, étape après étape, tout en profitant du paysage bruissant qui…

Voir l’article original 564 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s