« La Revenue » de Donatella Di Pietrantonio.

Lire dit-elle

images (4)

A 13 ans, la narratrice perd brutalement ses parents, ses certitudes, et même son prénom. Le couple qui l’avait adoptée ne veut plus d’elle ; la voici donc, tel un paquet de linge, rendue à ses vrais père et mère. De retour dans le village de sa naissance, elle est désormais « la revenue », mais pas la bienvenue… Evitant le portrait larmoyant d’une sorte de Cosette, Donatella Di Pietrantonio bâtit autour de ce personnage un roman d’une profonde mélancolie. Comment vivre en se sentant « orpheline de deux mères vivantes » et reprendre le cours d’une existence tronquée ?

En se glissant dans les pensées de cette adolescente avide de réponses, l’auteur réussit un beau roman d’apprentissage qui parle du sentiment d’appartenance, de la maternité, de l’esprit de famille. Au-delà de cette histoire intimiste, elle pointe une société coupée en deux. Loin des villes, dans le paysage des Abruzzes…

Voir l’article original 73 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s