La confession John Herdman

La viduité

41+j+lJclcL._SX195_

Le piège de La confession se révèle d’une malignité confondante. Un rédacteur anonyme, écrivain fantôme possiblement velléitaire, est chargé d’écrire la biographie d’un probable assassin. John Herdman s’avère alors un immense écrivain tant il manie avec ironie l’ambiguïté, l’irrationnel. Bien sûr le confesseur en sait trop, pourrait avoir tout inventé. Insurpassable talent de faire persister le doute qui offrirait un exercice de style vaguement gratuit. Mais la tension narrative de ce génial court roman devient le thème même de la folie partagée qu’est tout récit, toute tentative d’organiser le monde selon l’individualisme de nos impuissantes magies.

View original post 1 593 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s