« Keila la Rouge « d’Isaac Bashevis Singer.

Lire dit-elle

Isaac Bashevis Singer, Prix Nobel de littérature (1978) décédé en 1991, ravive les couleurs de la culture yiddish d’avant l’Holocauste dans un ouvrage inédit : Keila la rouge.

Varsovie, à l’aube du XXe siècle. De Keila la Rouge, on apprend d’abord qu’elle s’est illustrée dans trois des bordels de la ville avant d’épouser Jeremiah Eliezer Holtzman, dit Yarmy, surnommé la Teigne, petite frappe spécialisée dans le vol à la tire, déjà quatre séjours en prison au compteur. Si la vie ne leur a pas souvent fait de cadeaux, Keila et Yarmy s’aiment d’amour tendre et n’ont aucun secret l’un pour l’autre, partageant jusqu’à leurs aventures extraconjugales. « Cela constituait un signal envoyé à toutes les putains de Varsovie, […] preuve que l’amour régnait encore sur le monde, même si on baignait dans la fange jusqu’au menton. »

Mais ces menus larcins ne suffisent plus à Yarmy, qui se rêve bandit de…

View original post 300 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s