L’ourse et la louve (Bear and Wolf): une tendre fable qui illustre la marche côte à côte dans l’altérité

OWDIN

Une sérénade d’aquarelles à travers la différence dans un monde partagé.

L’altérité a toujours été notre façon de nous définir – par contraste et distinction avec ce qui nous différencie, nous découvrons ce que nous sommes:  nous sommes ce qui reste après tout ce que nous ne sommes pas, comme en soustraction de ce qui est, la différence est nous-mêmes. Mais l’altérité peut aussi être le plus beau terrain de connexion – en se frayant un chemin à travers les non-appréciations superficielles, nous pouvons découvrir une profonde source de parenté, qui à son tour élargit notre compréhension de nous-mêmes et de l’autre. « L’altérité du monde est un antidote à la confusion« , écrit Mary Oliver dans son récit émouvant de ce qui lui a sauvé la vie. « Se tenir dans cette altérité… peut redonner sa dignité au coeur le plus mal élevé. »

C’est ce que l’auteur et…

View original post 503 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s