La Douleur

Girl kissed by fire

Marguerite Duras

Difficile de parle de ce, ou plutôt ces textes, je trouve. Marguerite Duras a écrit la Douleur, un journal, à la fin de la seconde guerre mondiale, lorsqu’elle espérait que son mari, résistant, revienne des camps de concentration où il avait été envoyé. Mais elle ne se souvenait absolument pas d’avoir écrit ses lignes.

Même s’il y a un côté décousu entre les textes et qu’on ne peut les lire comme un roman, ce témoignage prend aux tripes et ce n’est rien de le dire. Peut-être parce que même si on sait, même si on a déjà lu des témoignages, des récits, rien ne peut être aussi fort que ces lignes écrites sur le moment même. Les émotions sont exacerbées et nous touchent alors même qu’elles n’étaient pas destinées à la lecture.

Je ne serais pas plus longue, je ne peux que vous conseiller de le lire !

Voir l’article original

2 réflexions sur “La Douleur

  1. rien n’est plus fort que chez Duras…et c’est une spécialiste et une fan absolue qui parle…C’est l’envers de la littérature.C’est la vie .et l’intelligence de la vie absolue. son écriture c’est le souffle.bien peu l’ont atteint…
    Oh pardon, je m’emballe….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s