Comment les artistes du XVIIIe siècle ont composé leurs portraits au pastel

OWDIN

Pour réaliser de grands portraits d’élites européennes, les artistes devaient littéralement assembler des bouts de papier, tout en contournant les limites de leur médium.

Joseph Cotes, »Portrait de Joseph et de son frère John Gulston » (1754), pastel sur papier bleu, monté sur toile (toutes les photos de l’auteur pour Hyperallergique)

Les portraits d’élites européennes du XVIIIe siècle sont souvent imposants. Comme les peintures des riches d’aujourd’hui, elles sont destinées à être accrochées dans des maisons avec de hauts plafonds et de longs couloirs. Mais les portraitistes travaillant au pastel, médium populaire de l’époque, ont dû relever un défi unique. Contrairement aux toiles utilisées pour les peintures à l’huile, le papier utilisé pour les pastels était disponible dans des formats qui ne correspondaient pas aux commandes typiques de portraits à grande échelle. Les pastels sont aussi un médium difficile, impardonnable aux erreurs.

Gros plan de Maurice Quentin de La…

Voir l’article original 660 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s