« Bonheur du jour et anthropologie de l’instant » de Marc Augé.

Lire dit-elle

Il y a dans une vie des bonheurs soudains qui surgissent alors que le contexte ne semblait pas s’y prêter, mais qui existent malgré tout et qui tiennent bon, contre vents et marées, au point d’imprégner durablement la mémoire. Ces bonheurs sont des révélateurs : c’est lorsqu’ils disparaissent que leur nécessité s’impose à nous. Cloués sur un lit d’hôpital, nous mesurons le prix de la moindre promenade en ville.
Ce sont des bonheurs modestes mais intenses : bonheurs de la rencontre – d’un visage, d’un paysage, d’un livre, d’un film ou d’un refrain, d’une altérité reçue et réinventée. Ils nous disent quelque chose du lien social et de la solitude, du passé et de l’avenir, de la relation aux autres, du corps et des sens, du rapport à l’espace et au temps, autrement dit de la constitution symbolique de l’être humain.
Dans ce livre, Marc Augé, l’un des plus grands…

View original post 53 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s