Train Zéro – Bouïda

Bar aux Lettres

Tant enchantée que j’étais part la Mouette au Sang bleude Iouri Bouïda, je me suis jetée sur un livre du même auteur qui fut son best-seller. Lui aussi, traduit par Sophie Benech.

Iouri Bouïda, Le train zéro, Gallimard, 2012, 140 pages.

001181166Nous voilà perdus dans un hameau au fin fond de la Russie, une ville perdue en carton qui fut construite autour d’une gare, car le train, cette nouveauté, aller y passer. Personne ne sait ni d’où il vient, ni où il va. L’important c’est cette ville fragile qui s’est construite autour de ce mystère : ces habitants qui vivent, survivent, aiment et meurent dans un si petit, si étriqué, espace.

C’est assez déprimant, mais son talent est sans pareil. Si le verbe est moins beau que dans la Mouette au sang bleu, c’est tout de même très prenant, court roman, il se dévore rapidement. Je cherche mes mots…

Voir l’article original 133 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s