« Douces Déroutes  » de Yanick Lahens.

Lire dit-elle

zoom-douces-deroutesÀ Port-au-Prince, « il y a ceux qui marchent et ceux qui ne marchent pas ». On passe des quartiers résidentiels où les riches dressent des barbelés aux ruelles maculées de détritus où les enfants cohabitent avec les rats. Dans le nouveau roman de Yanick Lahens, le lecteur croise aussi des poètes, des prostituées aux seins lourds, un journaliste bouleversé, un juge qui n’a pas peur de mourir… Avec, en fond sonore, la voix cassée de Brune, la chanteuse en bustier orange. Après La Couleur de l’aube et Bain de lune, la romancière replonge dans la nuit haïtienne, suit des ombres sur les routes déglinguées, dans une ville « gueule ouverte », agonisante et fascinante. Le juge Berthier a été assassiné, coupable de n’avoir jamais plié le genou. Sa fille, Brune, son frère, Pierre, veulent savoir qui a tué cet homme intègre et pourquoi. Mais le nom des coupables n’est…

View original post 110 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s