Fondations.

Lire dit-elle

Brou de noix et huile sur papier, 74×47,5 cm, 1947, Pierre soulages.

1_-brou-de-noix

Sur quels décombres

en lassitudes obstinées

convient-il d’ériger le mot?

Le fardeau est-il moins lourd

à la poutrelle une fois marié?

Où accrocherons-nous

la collection d’images?

Aux contours de quels cadres

en torchis paillés de souvenirs

friables?

Et toujours,

au pied du mur,

à bâtir, nous recommençons,

au socle sensible de la fondation

qui susurre à la brèche

que rien, jamais, ne comble

nous installant taciturnes

dans notre déni

Comme un chat hautain

en sa maison.

Barbara Auzou.

View original post

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s