Dernières lettres de Balzac…

Lire dit-elle


Il est de bon aloi parmi la critique de s’interroger sur la nécessité de tel spectacle, de telle exposition, de telle publication. Pour un balzacien, la nécessité d’une nouvelle édition de la correspondance de Balzac ne fait aucun doute. L’édition Garnier frères, déjà conçue par Roger Pierrot, alors conservateur à la Bibliothèque nationale, et dont le dernier volume parut en 1966, est épuisée depuis longtemps et nécessitait d’être révisée.

On aurait pu imaginer qu’y soit insérée la correspondance avec Mme Hanska. Tel n’est pas le cas. Dans ce troisième et dernier volume de la Pléiade, comme précédemment, les éditeurs pallient ce manque par le système des notes qui figurent en fin de volume. Ainsi, pour la lettre du 12 avril 1842 adressée à George Sand, dans laquelle Balzac donne un rendez-vous à son amie en précisant « J’ai qlq à vous demander », la note indique que ce « quelque…

Voir l’article original 1 540 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s